Un réveil antifasciste venu du féminisme – Entretien avec Auxi J. León, Ana Luna

La brochrue en pdf page par page : Un réveil antifasciste venu du féminisme
La brochure en pdf format livret : Un réveil antifasciste venu du féminisme_livret
Lire le texte sur Cairn

Selon l’eurodéputé Anticapitalistas (ex-Podemos) Miguel Urbán[1], le parti Vox, fondé en 2013 à partir d’une scission du Parti Populaire, représente à la fois « le franquisme sociologique » et les secteurs les plus conservateurs, héritiers du national-catholicisme espagnol et actuellement regroupés dans divers mouvements extra-institutionnels tels que la plateforme Hazte Oír ou le Forum espagnol de la famille, qui a popularisé la notion d’ « idéologie du genre » (formulée par le pape François). Cette forme d’organisation rappelle ainsi celle du Tea Party nord-américain. Vox mène un intense travail de requalification des violences de genre en « violences intrafamiliales » pour défaire la politisation féministe du sujet et recadrer les faits de violence en termes de relation inter-individuelle. Il recourt également à la « racialisation du sexisme »[2], en imputant les faits de violences sexuelles dans l’espace public aux migrants, voire à leur culture musulmane et/ou africaine. Enfin, il attaque les politiques de lutte contre les violences de genre directement au sein des institutions andalouses[3]. Dans cet entretien, nous revenons avec deux militantes sur les résistances féministes antifascistes qui se sont déployées depuis 2018 en Andalousie, Ana Luna et Auxi Leon. Toutes deux militent au sein du mouvement féministe autonome, la tendance libertaire du féminisme espagnol. Ana Luna, 25 ans, originaire de Málaga, est étudiante et fait partie du collectif féministe non mixte « Café feminista ». Auxi León, 37 ans, originaire des Canaries, réside en Andalousie depuis 17 ans. Elle fait partie du collectif « La Medusa » et est journaliste pour le média féministe indépendant La Poderio. Elle travaille au sein de l’ONG « Mujeres en Zonas de Conflicto ». Continuer la lecture de Un réveil antifasciste venu du féminisme – Entretien avec Auxi J. León, Ana Luna

Les accidents du travail ne sont pas des faits divers – Entretien avec Mathieu Lépine

La brochure en pdf page par page: Les accidents du travail ne sont pas des faits divers
La brochure en pdf format livret : Les accidents du travail ne sont pas des faits divers_livret
Le texte sur le site de Ballast

On dénombrait récemment, en France, plus de 800 000 accidents du travail dans l’année, entraînant la mort de plus de 700 travailleurs et travailleuses. Ce fait social massif continue pourtant d’être traité sous l’angle du fait divers et local. Hier[1], un ouvrier tombait d’un toit en Moselle ; il y a cinq jours, un ouvrier était transporté en urgence absolue vers un hôpital de Haute-Savoie après avoir été piégé sous un coffrage de béton de 850 kilos ; la veille, un ouvrier installé sur une nacelle était gravement blessé à Quimper ; quelques jours plus tôt, en Maine-et-Loire, un technicien de maintenance a eu le bras happé par une machine. On pourrait poursuivre cette funeste liste sans fin. C’est, justement, ce que Matthieu Lépine, professeur d’histoire et auteur du blog Une Histoire populaire[2], entreprend depuis 2019 avec son compte Twitter « Accidents du travail : silence des ouvriers meurent »[3]. Un travail aussi minutieux qu’essentiel, qui s’élève contre le silence médiatique et politique. Continuer la lecture de Les accidents du travail ne sont pas des faits divers – Entretien avec Mathieu Lépine

L’ennemi n’est pas parmi nous – Clementine Morrigan

Lien vers la brochure page par page : morrigan-lennemi
Lien vers la brochure format livret : morrigan-lennemi_livret
Lien vers le texte original en anglais : https://clementinemorrigan.substack.com/p/the-enemy-is-not-among-us

Note de traduction : j’utilise la terminaison épicène « -aire » pour signifier le neutre, au lieu de « -eur/euse » ou « -eur/ice », et je décline le pronom « iel/ciel/ciels » au lieu de « iel/cellui/celleux ».

Une personne de la classe moyenne a plus en commun avec une personne sans abri qu’avec un·e milliardaire. Bien que leurs vies soient évidemment très différentes, et que la personne de la classe moyenne bénéficie de sécurités, de plaisirs et d’une reconnaissance de son humanité auxquels la personne sans abri n’a pas accès, la réalité est que quelques mauvais coups du sort pourraient facilement amener la personne de la classe moyenne non loin de là où se trouve la personne sans abri. Un·e milliardaire ne se retrouvera absolument jamais proche de la position de la personne sans-abri. Le milliardaire vit dans un monde que ni la personne de la classe moyenne ni lea sans-abri ne peuvent imaginer. Continuer la lecture de L’ennemi n’est pas parmi nous – Clementine Morrigan

Vierges guerrières et mères courage – Mercedes Yusta

Lien vers la brochure en pdf page par page : Vierges guerrières et mères courage
Lien vers la brochure en pdf format livret : Vierges guerrières et mères courage_livret
Lire le texte sur la page de la revue Clio sur OpenEdition

Les femmes communistes espagnoles reconstituèrent leur organisation en 1945, dans l’exil français, afin de mobiliser les réfugiées dans la résistance antifranquiste. Les figures d’héroïnes évoquées dans la revue Mujeres Antifascistas Españolas, tiennent une place importante dans la culture politique de ces femmes. Des récits, où réalité et fiction se mêlent, mettent en scène vierges guerrières et mères héroïques. Si l’héroïsation individuelle ou collective (les treize roses de Madrid) confine parfois au mythe, sans remettre en cause le système traditionnel de genre, elle permet d’inscrire ces héroïnes dans l’histoire de l’Espagne et dans la mémoire collective des opposants au régime du général Franco. Continuer la lecture de Vierges guerrières et mères courage – Mercedes Yusta

Féminisme et handicap : luttes contre le validisme – Mélina Germes

Le pdf page par page : Féminisme et handicap
Le pdf au format livret : Féminisme et handicap (livret)
L’article paru sur le site de la revue Ballast.

Qu’est-ce que le validisme ?

Le validisme ou capacitisme désigne une forme de domination envers les personnes handicapées. Au-delà de l’archétype du « handicapé », le terme personnes handicapées (ou handi·es) inclut ici les malades chroniques, personnes aveugles, sourdes, neuroatypiques, neurodivergentes, dismorphiques… sans distinction de diagnostic. Le validisme est l’idéologie selon laquelle la norme de l’existence humaine est l’absence de maladie et d’infirmité. La capacité à être productif·ve est la condition pour mériter de (bien) vivre[1].

Les enseignements et pratiques médicales sont centraux dans la catégorisation et la (dé)valorisation des existences handies. La médecine occidentale s’est donnée pour but de réparer les corps (et esprits) qu’elle considère comme défaillants, avec la finalité de leur (re)mise au travail. En même temps, les fictions et discours bienveillants parent les personnes handi·es de vertus exceptionnelles, parmi lesquelles le courage d’exister, les valorisant en tant que sources d’inspiration pour les personnes valides.

Le validisme est, comme toute oppression, à double tranchant : il peut se faire bienveillant, tout en conservant son pouvoir de nuire. Cette notion révèle le caractère socialement et historiquement construit de l’assignation des handi·es à une condition dominée. Continuer la lecture de Féminisme et handicap : luttes contre le validisme – Mélina Germes

Ne nous pleurez pas – Jim Sinclair

Le pdf page par page : Ne nous pleurez pas
Le pdf au format livret : Ne nous pleurez pas (livret)
Le texte original en anglais : Don’t mourn for us

Cet article a été publié dans la lettre d’information de Autism Network International : Our Voice, Volume 1, Number 3 en 1993.
Jim Sinclair reprend les grandes lignes d’une conférence sur l’autisme qu’il donna en 1993 à Toronto et s’adresse en priorité aux parents des personnes autistes.
Avec cet article, Jim Sinclair devient une des premières personnes concernées à adopter une position militante qui ouvre la voie pour le mouvement des droits des autistes et leur autodétermination. Continuer la lecture de Ne nous pleurez pas – Jim Sinclair

Moyens et objectifs : la critique anarchiste de la prise du pouvoir d’État – Zoe Baker

Le pdf page par page : Moyens et objectifs
Le pdf au format livret : Moyens et objectifs livret
L’article en anglais : « Means and Ends : The Anarchist critique of seizing state power » sur le site Black Rose anarchist federation.

La critique anarchiste de la prise du pouvoir d’État est souvent caricaturée comme une opposition morale abstraite à l’État ignorant tout de la dure réalité politique à laquelle nous faisons face aujourd’hui.

Après avoir attentivement examiné les textes d’auteurices anarchistes à travers l’Histoire, on découvre cependant que la véritable raison pour laquelle iels considéraient que les révolutionnaires ne devraient pas chercher à s’emparer de l’État est simplement que cette méthode n’était pas viable pour atteindre leurs objectifs.

Ces arguments stratégico-pratiques prennent leurs racines dans la manière dont les anarchistes pensent la société. En effet, les anarchistes considèrent que la société est constituée d’individus dotés de formes particulières de conscience et que ceux-ci s’engagent dans différents types d’activités, exerçant leurs capacités afin de satisfaire des besoins motivationnels, et ce faisant se transforment eux-mêmes et le monde qui les entoure. Continuer la lecture de Moyens et objectifs : la critique anarchiste de la prise du pouvoir d’État – Zoe Baker

De la théosophie à l’anthroposophie – Jean-Baptiste Malet

Le pdf page par page : De la théosophie à l’anthroposophie
Le pdf format livret : De la théosophie à l’anthroposophie_livret
Les articles sur le Monde Diplomatique La Société théosophique, ou le myther de « l’insurrection des consicences »L’anthroposophie, discrète multinationale de l’ésotérisme

La Société théosophique, ou le mythe de « l’insurrection des consciences »

Jean-Baptiste Malet – le Monde Diplomatique – Juillet 2018

*
Fondée en 1875 à New York par Helena Petrovna Blavatsky (1831-1891) et le colonel Henry Steel Olcott (1832-1907), la Société théosophique nait d’une rencontre originale entre spiritisme, bouddhisme et hindouisme. Blavatsky, qui affirme être capable de communiquer avec l’au-delà, accomplit tout au long de sa vie de nombreux voyages d’études afin de rencontrer chamans, rebouteux, yogis et autres « maitres de sagesse ». Forte de son érudition, elle en publie la somme et crée la Société théosophique, ayant pour objet la formation d’une « fraternité universelle » destinée à tous ceux qui souhaitent s’élever spirituellement et découvrir le « principe universel », racine supposée commune de toutes les religions.

En un quart de siècle, la Société théosophique multiplie ses branches et devient une Internationale de l’ésotérisme. « Nous avons trop tendance à ignorer la vogue que connurent l’occultisme, la nécromancie, la magie, la parapsychologie et les divers avatars du mysticisme oriental qui s’emparèrent de certains milieux occidentaux », écrit l’historien Eric J. Hobsbawm dans L’Ère des Empires (1875-1914). « Jamais depuis le début de l’époque romantique l’inconnu et l’inconnaissable ne devinrent aussi populaires. » Continuer la lecture de De la théosophie à l’anthroposophie – Jean-Baptiste Malet

Intersectionnalité et antisémitisme. Une nouvelle approche – Karin Stögner

Le PDF page par page : antisemitisme-intersectionnalite
Le pdf au format livret : intersectionnalité et antisémitisme_livret
Le texte sur le site Golema.net

Publié initialement sur fathomjournal.com en mai 2020
Traduit de l’anglais par Julien Chanet pour golema.net

Dans cet essai important, Karin Stögner explique pourquoi l’influente théorie de l’ « intersectionnalité » omet si souvent d’inclure l’antisémitisme globalisé et propose une ré-élaboration du concept d’intersectionnalité influencée par la première génération de l’École de Francfort qui cherche à intégrer l’antisémitisme en tant qu’oppression spécifique et tente de cerner son articulation avec d’autres formes de domination. L’approche innovante de Stögner permet de dégager des pistes pour un renouveau du militantisme anti-raciste et féministe qui incorporerait l’antisémitisme à son champ de préoccupations.

Le concept d’intersectionnalité est un instrument analytique permettant de comprendre de manière critique le caractère multidimensionnel des rapports de pouvoir. Il est apparu pour la première fois dans les années 1970, lors des débats autour du féminisme noir et a marqué le début d’une lutte intersectionnelle, c’est-à-dire d’une lutte sur deux fronts : contre le sexisme au sein du mouvement des droits civiques et contre le racisme au sein du mouvement féministe. À cet égard, l’intersectionnalité a toujours été à la fois un concept analytique et une pratique politique. Continuer la lecture de Intersectionnalité et antisémitisme. Une nouvelle approche – Karin Stögner

L’affaire Couriau – Marie-Victoire Louis

Le pdf page par page : L’affaire Couriau
Le pdf format livret : L’affaire Couriau_livret
Le texte sur le site de Marie-Victoire Louis

Fin 1912, Emma Couriau, femme de typographe, typote elle-même depuis 17 ans, est embauchée au tarif syndical, dans une imprimerie syndiquée, à Lyon, où le couple vient s’installer. « C’est le métier qui me fait vivre. Je n’en connais pas d’autre », dira-t-elle.

Au terme de six mois de travail, en avril 1913, elle demande son admission à la chambre syndicale typographique lyonnaise. Selon son mari, c’est « lui [qui] l’invita à faire sa demande d’admission »[1] : « [J’avais] cru bon de lui inculquer quelques idées sur l’émancipation des femmes, éducation qui ne peut que servir le mouvement ouvrier » dira-t-il[2]. Aussi, « appuie-t-il d’un mot sa demande qu’autorisaient ses 19 années de syndicalisme militant »[3]. Elle écrivit, pour sa part qu’elle « était convaincue, par la lecture et l’audition de ses camarades féministes et syndicalistes, que la place de tous les exploités, à quelque sexe qu’ils appartiennent, est au syndicat. »[4] Continuer la lecture de L’affaire Couriau – Marie-Victoire Louis