Ni les femmes, ni la terre ! – Marine Allard, Lucie Assemat et Coline Dhaussy

La brochure en pdf page par page : Ni les femmes, ni la terre
La brochure en pdf format livret : Ni les femmes_livret

« Ni les femmes ni la terre » est un film documentaire réalisé par les autrices de ce texte sorti en 2018. En Argentine et en Bolivie, ces femmes des favelas combattent pour le droit à disposer de leur corps. Elles luttent contre les violences faites aux femmes et pour un changement de cap des modèles économiques capitalistes.

*
Nous sommes trois jeunes femmes françaises impliquées dans un projet documentaire sur les initiatives féministes et altermondialistes en Amérique latine. Nous venons d’horizons variés : milieu de l’audiovisuel et de l’art, sociologie du genre et militance féministe, travail social spécialisé dans les violences de genre. Continuer la lecture de Ni les femmes, ni la terre ! – Marine Allard, Lucie Assemat et Coline Dhaussy

Le «male gaze», bad fiction – Cécile Daumas

Lien vers la brochure en pdf : Le male gaze

Lire le texte sur Libération

Texte de la brochure :

Jamais le terme n’a été autant employé pour mettre au jour, dans les films, les séries, les arts, ce regard masculin qui fait des femmes un objet de désir et de plaisir. Retour sur un concept clé des études féministes sur le cinéma.

Le grand Tarantino, père de l’invincible Kill Bill, serait-il pris en flagrant délit de «male gaze», ce regard masculin dominateur qui ordonne le monde et la fiction ? Si Once Upon a Time… in Hollywood, sorti mi-août, cartonne en France – près de 2,5 millions d’entrées -, il est aussi objet d’une polémique déclenchée par des féministes. Le film se passe en 1969, année de la mort de Sharon Tate, compagne d’alors du réalisateur Roman Polanski[1]. Maximum de gros plans sur le physique ondulant de l’actrice, répliques résumées à une poignée de mots. Sharon Tate, jouée par Margot Robbie, est objet du regard quand les héros – Brad Pitt et Leonardo DiCaprio – sont moteurs de la fiction. «Que Tarantino réussisse à réduire Tate – une actrice talentueuse, une victime de meurtre de masse, l’épouse d’un homme qui plaiderait plus tard coupable de relations sexuelles illégales avec une mineure – à une poupée sans vie et perpétuellement joyeuse est un exploit du plus triste genre, écrit Clémence Michallon dans The Independent. Le male gaze de Tarantino n’est pas seulement insultant, il est terriblement ennuyeux.» Pour la philosophe Sandra Laugier, au contraire, le film de Tarantino se joue des regards féminins et masculins avec notamment la scène ardente d’un Brad Pitt torse nu sur un toit ! Même si Sharon Tate est quasi muette, l’intrigue du film est en définitive «le plus bel hommage d’un grand cinéaste à l’actrice assassinée il y a cinquante ans», écrit la philosophe dans sa chronique parue dans Libération le 6 septembre [2019]. Continuer la lecture de Le «male gaze», bad fiction – Cécile Daumas

Désormais, on se lève et on se barre – Virginie Despentes suivi de L’ancienne académie en feu – Paul B. Preciado

 

Lien vers la brochure en pdf : Désormais on se leve et on se barre

Lien vers les tribunes : Virginie Despentes et Paul B. Préciado

Texte de la brochure :

Désormais, on se lève et on se barre

Par Virginie Despentes

Que ça soit à l’Assemblée nationale ou dans la culture, vous, les puissants, vous exigez le respect entier et constant. Ça vaut pour le viol, les exactions de votre police, les césars, votre réforme des retraites. En prime, il vous faut le silence de victimes. Continuer la lecture de Désormais, on se lève et on se barre – Virginie Despentes suivi de L’ancienne académie en feu – Paul B. Preciado